NEWS
29/07/2013 ▬ Le forum ouvre ses porte !



 

Partagez | .
 

  Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Maria A. Ackermann

Messages : 76
Date d'inscription : 18/06/2013


feuille de personnage
Nom : Ackermann
Âge : 34 ans
Métier : Patronne d'un bar

MessageSujet: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Mar 20 Aoû - 21:16


Death Should Not Have Taken Thee !

Arrivant tranquillement en ville, elle lâcha finalement l’ébène pour ouvrir la porte du bar, saluant les gens présents à l’intérieur pour avancer vers le bar en invitant Freak à s’asseoir sur l’un des grands tabouret en face du comptoir pour ensuite en faire le tour. Déposant la bouteille de whisky sur le bois frais alors que l’allemand était assis au comptoir en fumant.

C’est un regard blasé de l’allemand qui passa de la bouteille à la militaire, grognant légèrement pour répondre au sourire niais qu’elle lui lançait. Klaus lui lança aussi un regard plein de reproches, voulant dire « Quesque je vais bien pouvoir faire de toi ? » en poussant un léger sourire. Elle n’avait pu s’empêcher de rire, comme à son habitude.

« Tu vas encore bouder juste parce que j’ai bu sans toi ? Ou parce que j’ai chipé une bouteille en cachette ? Souris un peu. Elle fit un signe de tête en direction de l’ébène. On a une invitée pour un petit moment, donc si tu pouvais être aimable, ça serait gentil. »

Sur ses mots, elle l’embrassa tendrement après lui avoir arraché sa cigarette, sortant le petit bout de papier de sa poche pour lui fourrer dans les mains en lui murmurant un « Je m’en occuperais demain soir. C’est un truc fastoche à faire. » avant de se relever légèrement pour porter sa nouvelle trouvaille au coin de ses lèvres. Les doigts de l’allemand se posèrent sur le col de la jeune femme, la fixant du regard.

« Comment tu t’es fais ça ? »

Restant un instant silencieuse, elle jeta un bref regard vers la plus jeune avant de finalement sourire à sa moitié en enlevant sa main.

« C’est rien du tout, je me suis chamaillée avec Bénédicte, tu la connais c’est une véritable pile électrique.
- C’est pour ça que je ne peux pas la supporter. Et puis c’est une sal …
- Surveille ton vocabulaire ! Elle lâcha un soupir. Et tu la hais parce qu’elle te contredit et que tu détestes ça. »

Sur ces mots, il se tut. Posant trois verres libres sur le comptoir, elle en rempli deux de whisky, le coupant avec de l’eau, laissant l’autre vide.

« Quesque tu veux boire ? J’ai de tout ici, au pire j’enverrais Klaus acheter ce que tu veux. Elle sourit au concerné qui avait levé les yeux vers elle. De toute manière, faut que t’ailles remplir le frigo, y a rien à becter et j’en ai marre de bouffer des pizzas ou de commander à Sunny.
- Je te ferais dire que les femmes, ça fait le ménage, les courses, la bouffe et que ça s’occupe des drôles.
- Oui, sauf que je sais pas faire le ménage, que je cuisine comme de la merde et qu’on a pas de drôles, HEIN ?!
- C’est bon. Je m’occupe de la bouffe ce soir … j’ai compris. De toute manière je n’ai pas envie de finir empoissonner. »

Elle avait réussi, affichant un sourire triomphant, elle délaissa son compagnon pour s’assoir devant la jeune fille.

« Excuse Klaus, je l’ai pas encore bien dressé en quinze ans, c’est un petit rebelle. Son regard se posa sur la salle. Tu te plais pour le moment ? »


[HRP : RP Précédent ]

Code © Mana Oxford

_________________

« Dieu a tout créé. Dieu a créé le racisme. Mais Dieu a aussi créé l'antiracisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde.. » ▬ Maria parle en #FF6347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Final Doll Freak

Messages : 26
Date d'inscription : 07/08/2013
Localisation : Dark wood Circus. ~


feuille de personnage
Nom : Final Doll Freak.
Âge : 15 en apparence / 20 en réalité.
Métier : Aucun. (Membre du DWC. )

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Jeu 22 Aoû - 20:17

New place, new way.


J’entrais dans le bar en suivant Maria. Cela faisait un moment que je n’avais pas pénétré dans un lieu public. Une tablée de client sembla me reconnaitre et détourna le regard en baissant la tête a mon passage. Je ne réagis même pas, habituée. Les gens m’avaient toujours fuis, ce n’était pas parce qu’une table d’alcooliques barbus et trapus m’ignoraient, que j’allais réagir.
Maria me présenta un tabouret en bois, haut, commun a celui qu’on trouvait dans les bars. Je me demandais un instant combien s’étaient assis ici avant moi. Surement pas mal de mecs, ou même de nanas avait été à ma place. Je m’assis dessus en toute légèreté, sans un bruit, le tissu de ma jupe glissant aisément sur le bois.
Je remarquais la complicité de la jeune femme et de l’homme qu’elle avait rejoins. Ils échangèrent un baiser. C’était donc surement Klaus. Il était totalement différent d’elle, totalement plat et sans émotions apparentes. Cela me surprit, de voir Maria mariée a son parfait opposé. Il ne riait pas à ses remarques, il ne se sentait en aucun cas concerné par ses paroles. Cependant son air changea quand ses doigts effleurèrent le coup de Maria.

« Comment tu t’es fais ça ? »

Shit.
Je sentis un frisson me parcourir le corps. A peine deux minutes que j’étais entrée et je risquais déjà de crever. Ou de ressortir, particulièrement amochée. J’entrouvris les lèvres m’apprêtant a défendre ma cause, mais Maria me devança, et me protégea en prétextant que Bénédicte était la fautive.
Klaus semblait aussi détester Bad-End-Night. C’était un bon point pour moi, de nouveau. Je connaissais maintenant des choses sur Maria, mais pour me défendre, je devais aussi en apprendre sur Klaus.
Je vis des verres se dresser devant moi.  Trois verres. Elle en servit deux avant de me poser la question :

« Quesque tu veux boire ? J’ai de tout ici, au pire j’enverrais Klaus acheter ce que tu veux. »

Et avant même que je ne puisse répondre, une nouvelle dispute conjugale était repartie.
C’était ca l’amour ? C’était ca la vie de couple ? Se prendre la tête sans arrêt ?
Je soupirais légèrement alors que leur conflit se calmait déjà.

« Excuse Klaus, je l’ai pas encore bien dressé en quinze ans, c’est un petit rebelle. Tu te plais pour le moment ? »

Je relevais la tête, sachant que je m’étais mise à scruter le comptoir avec intérêt. Comme pour me fondre a l’intérieur. Et disparaitre pour que les regards dans mon dos disparaissent, eux aussi.
Me plaire ici, ca me semblait dur, vu que c’était tout à fait différent de ce à quoi j’étais habituée. Le brouhaha de la salle, me changeait de mon silence permanant.
Je me contentais de hoche la tête, pour paraitre normale, hoche la tête pour ne pas trop en demander, pour être discrète.

« Oui, oui, ca va. Ca va très bien. Ah et euh, je veux bien boire un verre de Saké. S’il te plait. »

Peut être que ca paraitrait bizarre a quelqu'un qu'une nana ressemblant a une lycéenne demande de l'alcool. Tant pis.
Je tournais aussi la tête, pour faire face a la tablée qui depuis le début semblait s’être mise à parier sur moi. Si j’étais morte, ou non. Fuckers. Ils pourraient au moins chuchoter, histoire que moi, personne concernée je fasse pas trop tache.
Déjà agacée par les conversations insolites dans mon dos, je demandais à Maria :

«  A quelle heure vous fermez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maria A. Ackermann

Messages : 76
Date d'inscription : 18/06/2013


feuille de personnage
Nom : Ackermann
Âge : 34 ans
Métier : Patronne d'un bar

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Ven 23 Aoû - 7:10


Death Should Not Have Taken Thee !

« Je veux bien boire un verre de Saké. S’il te plait. »

Attrapant la bouteille contenant le boisson voulue, elle jeta un coup d’œil à Freak qui s’était retournée vers l’unique table remplie du bar. Tournant la tête vers Klaus, elle lâcha un bref soupir avant de tendre le verre à moitié rempli à la jeune fille, posant la bouteille à côté d’elle.

« Si tu en veux d’autre, ressers-toi. »

Un nouveau sourire en direction de la jeune fille, et un nouveau vers les personnes présentes dans la salle qui semblaient dévisager la petite Freak. Contournant le bar, elle s’approcha d’eux, les deux mains fourrées dans les poches alors que le bout de cigarette pendait à ses lèvres. Aussitôt les bruits s’étaient tus, fixant tous Maria qui leur souriaient d’un air amical avant qu’elle ne s’assoies à leur table.

« Votre conversation avait l’air intéressante, de quoi parliez-vous ? Ils s’échangèrent un simple regard, sans rien dire. Écoutez bien jeunes hommes, ici je ne veux entendre aucun commentaire négatif sur cette femme. Elle pointa Freak du doigt. C’est une invité d’honneur dans ce bar, donc vos petites critiques de mes deux, vous vous les foutez là où je pense ! Elle se releva, tapant un bon coup sur la table avec son poing en haussant le ton. Sinon je vous jure que c’est moi qui vous ferez dégagé d’ici, et plus vite que vous ne pouvez le penser ! »

Aucun bruit, satisfaite, elle leur faussa compagnie avant de rejoindre leur deux personnes au bar. Ébouriffant la tignasse de Klaus, elle reprit sa place devant Freak en attrapant son verre de whisky.

« Tu y es allée un peu fort Maria. Tu es vraiment une sauvageonne.
- En attendant, ça va faire quinze ans que tu me supportes, n’est-ce pas ? Elle lui lança un sourire taquin.
- Peut-être, mais t’es trop impulsive.
- J’aime pas ce genre de mec ! Elle ria un bon coup. Et puis, ils n’avaient pas à parler sur Freak, ça ne se fait pas ! »

Il soupira, elle l’imita lorsqu’elle posa son verre sur le bois, vide.

« On ferme très tard le soir, on se fiche bien de ce couvre-feu. Bon on veille surtout le vendredi ou le samedi soir, sinon les autres jours de la semaine. Elle jeta un coup d’œil à Klaus. On ferme vers minuit on va dire, un tout petit peu plus tôt. Tu pourras partir te coucher avant si tu es fatiguée, on habite juste au-dessus du bar, tu ouvres une porte et t’es chez nous. »

Cette manière de juste passer d’une pièce à l’autre pour passer de sa maison à son lieu de travail, c’était magique. Quand ils étaient arrivés ici, elle avait sauté sur l’occasion en suppliant Klaus d’acheter cette baraque peut-importe le prix. Bon ça lui avait coûté un œil au germanique, mais la blanche l’avait eu, son petit appart’ et son bar en dessous.

Alors que l’homme fixait Freak d’un air blasé, il releva le regard vers Maria pour fourrer le papier qu’elle lui avait tendu dans l’une de ses poches en reprenant la parole.

« Je m’occuperai de la mission de Bad End Night, je n’ai pas envie de me retrouver seul avec cette petite. Il fixa Freak. Pas que je ne t’aime pas, mais j’ai pas l’habitude des drôles.
- C’est pour ça que je ne suis toujours pas maman. Énième soupir. Mais tu sais, elle a vingt ans, ce n’est plus une enfant.
- C’est pareil, j’ai trente-cinq ans, donc pour moi, c’est encore une drôlesse. »

La blanche ne put s’empêcher de rire, s’excusant brièvement auprès de Freak pour le mauvais caractère du jeune homme.

« Je te laisse quartier libre, vas ou tu veux, fais ce que tu veux. Elle lui pointa une porte près du comptoir. Dès que tu voudras monter, dis le moi, d’accord ? »


Code © Mana Oxford

_________________

« Dieu a tout créé. Dieu a créé le racisme. Mais Dieu a aussi créé l'antiracisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde.. » ▬ Maria parle en #FF6347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Final Doll Freak

Messages : 26
Date d'inscription : 07/08/2013
Localisation : Dark wood Circus. ~


feuille de personnage
Nom : Final Doll Freak.
Âge : 15 en apparence / 20 en réalité.
Métier : Aucun. (Membre du DWC. )

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Mer 28 Aoû - 21:00

New place, new way.


« Si tu en veux d’autre, ressers-toi. »

Je hochais la tête, de nouveau fixant le comptoir.  C’était la première qui acceptait de me servir un verre d’alcool sans broncher. Peut être qu’elle avait vraiment compris, après tout. Qu’elle s’était mise en tête que dans mon corps frais d’adolescente, se cachait une adulte. Qui n’avait pas grandi. Fermant les yeux, je bus une gorgée de saké. Puis une seconde après une pause. Si bien que je ne vit pas Maria s’éloigner du comptoir, et ne me réveillais qu’en entendant ses paroles. What the hell is going on, here ?

« Votre conversation avait l’air intéressante, de quoi parliez-vous ? Écoutez bien jeunes hommes, ici je ne veux entendre aucun commentaire négatif sur cette femme. C’est une invité d’honneur dans ce bar, donc vos petites critiques de mes deux, vous vous les foutez là où je pense ! Sinon je vous jure que c’est moi qui vous ferez dégagé d’ici, et plus vite que vous ne pouvez le penser ! »

J’avais relevé la tête, manquant même de cracher mon saké partout, y compris sur Klaus, non loin de moi. Voir celle femme taper du poing sur la table pour qu’on me respecte me paraissait fou. Qui voudrait respecter une fille qui vient tout droit du cirque ? Savaient ils que je venais de la ? Touchant mon cache œil, je m’assurais qu’il soit bien en place. Je me retournais même. Ils avaient l’air choqué, et le point de Maria était encore fermement posé sur la table. J’ouvris la bouche comme pour intervenir, mais rien ne sortait.
Toute cette agitation autour de moi, me gênait. L’attention aussi, qu’on me portait. J’aimais plutôt me faire discrète, mais là c’était totalement raté. L’attention du bar, peu rempli, était entièrement portée sur la personne. I do not like that.
Je me retournais de nouveau face au comptoir, alors que Maria revenait, sans dire un mot. J’avais enfoncé un peu ma tête dans mes épaules, espérant cette fois passer pour une partie intégrante de se comptoir que j’avais regardé si intensément. J’avais vraiment envie de finir comme de bout de bois dont personne ne s’occupe, sauf celui qui le nettoie.
Je perdis de nouveau le fil de la conversation et ne le reprenait qu’a:

« …Et puis, ils n’avaient pas à parler sur Freak, ça ne se fait pas ! »

Ah, si elle savait. Personne ne parle jamais de moi, et je m’en porte tout aussi bien. Ce qui signifiait qu’elle n’avait pas tout à fait tord.
Je me permis de murmurer, pendant leur soupir commun :

« T’en fais dont pas… » Portant mon soupir avec le leur.

« On ferme très tard le soir, on se fiche bien de ce couvre-feu. Bon on veille surtout le vendredi ou le samedi soir, sinon les autres jours de la semaine. On ferme vers minuit on va dire, un tout petit peu plus tôt. Tu pourras partir te coucher avant si tu es fatiguée, on habite juste au-dessus du bar, tu ouvres une porte et t’es chez nous. »


Je me contentais de hocher la tête, alors que Klaus, justement, sembla reprendre :

« Je m’occuperai de la mission de Bad End Night, je n’ai pas envie de me retrouver seul avec cette petite. Pas que je ne t’aime pas, mais j’ai pas l’habitude des drôles.
- C’est pour ça que je ne suis toujours pas maman. Mais tu sais, elle a vingt ans, ce n’est plus une enfant.
- C’est pareil, j’ai trente-cinq ans, donc pour moi, c’est encore une drôlesse. »


You fucker.
Je me retins de lui balancer un « Ta gueule » provocant. Mais Maria se mit à rire et s’excusa à sa place. S’il était toujours comme ca, je risquais de vite mal vivre la cohabitation.  Les mecs comme lui, qui vivaient pour eux, et qui se foutaient sans arrêt de la gueule des autres, c’était bien la pire espèce. Je me demandais même comment Maria avait elle pu accepter de marier un homme de son genre. Tant mieux si il refusait de trainer a mes cotés. Il faisait bien. Il faisait comme tout le monde. M’ignorer, et me fuir.
C’était si simple, pour eux. Fuir ce qui leur faisait peur. Sans les comprendre.
Pointant une porte ma nouvelle « amie » m’indiqua que j’avais le droit de monter quand j’en avais envie.
J’en avais grandement envie, justement. Une très grande envie. J’empoignais d’ailleurs mon verre de saké et vidait le reste du contenu cul sec. Ma tête allait surement tourner, peu habituée, mais, j’allais surement essayer de me reposer plus qu’autre chose. Reposant le verre, je le posais et le poussais vers Klaus en lançant d’un air mauvais.

« Fais gaffe, la drôleresse a posé ses lèvres sur ce verre. Fais gaffe hein. »

Sur ces mots je me levais, et adoptait un air plus détendu face a Maria.

« Je veux bien monter me reposer, ouais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maria A. Ackermann

Messages : 76
Date d'inscription : 18/06/2013


feuille de personnage
Nom : Ackermann
Âge : 34 ans
Métier : Patronne d'un bar

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Mer 28 Aoû - 22:37


Death Should Not Have Taken Thee !

Il faillit riposter lorsque l’ébène poussa le verre vers lui. Retenu par Maria, il se contenta de grogner en attrapant ce que la « drôlesse » avait touché.

« Klaus ! Tu pourrais te montrer un peu plus sympathique envers Freak, s’il te plaît !
- Ta gueule ! Occupe-toi d’elle et viens pas me faire chier, compris ? »

La blanche lâcha un soupir, volant un baiser à l’allemand avant d’ouvrir la porte qu’elle avait pointé du doigt quelques minutes auparavant pour inviter la jeune fille à la suivre. Refermant derrière elle en montant les quelques escaliers pour ouvrir une deuxième porte qu’elle referma de nouveau après que la jeune fille soit passée. Elle l’entraina dans un petit salon, tout ce qu’il y avait de plus banal. Un canapé, une petite table basse, une télévision, quelques étagères par-ci par-là et tout ce qui pouvait avoir son utilité dans ce genre de pièce.

« J’espère que l’ambiance es à ton goût, tu prendras la chambre juste à côté de la nôtre. J’espère que tu ne seras pas dérangée par les bruits. Elle se stoppa un instant, souriant au membre du cirque d’un air taquin. Klaus est assez câlin, si tu vois ce que je veux dire. »

Un nouveau rire s’échappa de ses lèvres, proposant à l’invité de s’asseoir avant de s’absenter un instant.

« Je vais préparer ton lit, la cuisine est juste à côté si jamais tu as un petit creux sers-toi, et n’hésite pas à visiter les pièces de la maison si ça te chante. Tant que tu ne voles rien, tu peux toucher à tout. »

Elle partit sur ces mots, faussant compagnie à Freak pour se diriger vers la petite pièce juste à côté de sa chambre. Sortant couettes, oreillers, traversins, la Gamma prépara rapidement le lit de la plus jeune tout en sifflotant.

La cohabitation risquait d’être difficile … très très difficile. Klaus, ce n’était pas le paternel idéal et « s’occuper » de quelqu’un ayant le caractère de Freak et surtout son âge, en plus que son apparence n’arrangeait rien, les risques que tout parte en cacahuètes approchaient les cent pour cent. Maria lâcha un soupir, elle le savait au fond d’elle, et raisonner le germanique n’allait pas être une partie de plaisir. Oh que non.

Une fois son travail terminé, elle fit un saut rapide dans sa chambre pour délaisser ces vêtements contre une fine robe noire –ressemblant plus à nuisette qu’autre chose- s’arrêtant au-dessus des genoux, attachant ses cheveux en une tresse rapide.

Elle retourna ensuite dans le salon, se vautrant sur le canapé en levant le regard vers l’ébène.

« Alors, la maison te conviens ? »


Code © Mana Oxford

_________________

« Dieu a tout créé. Dieu a créé le racisme. Mais Dieu a aussi créé l'antiracisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde.. » ▬ Maria parle en #FF6347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Final Doll Freak

Messages : 26
Date d'inscription : 07/08/2013
Localisation : Dark wood Circus. ~


feuille de personnage
Nom : Final Doll Freak.
Âge : 15 en apparence / 20 en réalité.
Métier : Aucun. (Membre du DWC. )

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Jeu 29 Aoû - 21:35

New place, new way.


Putain, il est bien vulgaire ce Klaus.
Il m’insupportait. Plus que Maria aux premiers abords.
Je n’étais pas une drôleresse. Pas qu’une gamine. Et ses 35 ans, j’avais bien envie de les lui remettre dans les dents. Mais j’avais déjà faillit faire des dégâts précédemment. Sachant que Maria m’hébergeait par pure gentillesse, et faisait preuve d’une générosité extrême dans cet acte. C’était juste son mari, qui lui, semblait être une pure ordure.
Je suivis Maria par la petite porte blanche qu’elle avait désignée. Elle menait sur des escaliers que je montais. Ces escaliers ressemblaient à ceux que j’avais dévalés de force avant que ma mère ne me jette dehors. Blancs, Simples. Vides. Juste des marches. Pas d’artifices. Je me dépêchais alors de les monter, dans le sens inverse. Pas comme quand je les avais dévalé vers le bas.
J’arrivais en haut, presque soulagée.
J’y découvris une pièce tout ce qu’il y a de plus simple, comme diraient les gens. Le genre de salon propre, bien ordonné, ou chaque meuble a sa place. Ca me changeait du cirque, de ma roulotte ou les meubles étaient collés aux murs, dans un 6 m².

« J’espère que l’ambiance es à ton goût, tu prendras la chambre juste à côté de la nôtre. J’espère que tu ne seras pas dérangée par les bruits. Klaus est assez câlin, si tu vois ce que je veux dire. »


Je sentis mes joues rougir, malgré ma peau pale comme la porcelaine. J’avais l’air un peu choquée sur le coup. Normal, à vrai dire. J’étais chez des gens, qui étaient ensemble depuis longtemps. Alors que moi j’avais été seule. Toujours seule.
 Câlin, qu’elle disait ? Valait mieux, vu comme il pouvait être désagréable. J’osais espérer qu’il n’était pas comme ca sans arrêt.
Mais je me sentais un peu gênée. J’avais vraiment devoir supporter leurs bruits, le soir, le jour, je ne sais pas quand ?
Je me tus tout de même. Je ne savais pas quoi répondre à ca, de toute façon.

« Je vais préparer ton lit, la cuisine est juste à côté si jamais tu as un petit creux sers-toi, et n’hésite pas à visiter les pièces de la maison si ça te chante. Tant que tu ne voles rien, tu peux toucher à tout. »

Et elle s’éclipsa.
Je me retrouvais seule, dans une maison. Sa maison.
J’hallucinais.
Depuis quand quelqu’un faisait confiance a une inconnue ? Qui venait, qui plus est, du cirque ?
Cependant, je ne changeais pas de pièce. Je me levais juste. J’allais effleurer du bout des doigts les objets posés sur les meubles. Un cendrier. Une chaise. Une nappe. Un vase en porcelaine. J’esquissais un sourire, pensant à ma propre constitution. Un sourire idiot. Débile. Raté.
On était pareil, lui et moi quand j’étais au cirque. Sauf que lui était libre. Mais ne vivait pas.
Maria revins. Elle re-rentra dans la pièce. Ce qui mit fit tout simplement sursauter, alors que je tenais le vase entre mes mains. Il faillit tomber. Mais je le rattrapais et le reposais d’un geste anxieux à sa place.

« Alors, la maison te conviens ? »


Je hochais la tête.

« C’est toujours mieux que mon 6m² en bois. »

Puis je reportais mon attention sur la pièce. Mon regard se dirigea vers les fenêtres. Et je poussais un léger soupir.

« Ce faisait longtemps que je n’avais pas mit les pieds dans un logement. Enfin, un logement pas abandonné quoi. Du coup, ca me fait quelques souvenirs. »

C’était bizarre.
Très bizarre.
Je retournais m’assoir à coté de la Blanche. Elle me regardait toujours.

« Merci de m’accepter ici. Ca fait 5 ans que je ne m’étais pas assise sur un canapé. J’espère ne pas devenir un problème. »

Je disais ca, parce que, j’étais bien du genre, à poser des problèmes. Vraiment trop du genre a être une fauteuse de trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maria A. Ackermann

Messages : 76
Date d'inscription : 18/06/2013


feuille de personnage
Nom : Ackermann
Âge : 34 ans
Métier : Patronne d'un bar

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Ven 30 Aoû - 8:40


Death Should Not Have Taken Thee !

« Ça faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans un logement. Enfin, un logement pas abandonné quoi. Du coup, ça me fait quelques souvenirs. Merci de m’accepter ici. Ça fait 5 ans que je ne m’étais pas assise sur un canapé. J’espère ne pas devenir un problème. »

La blanche sourit. Un sourire idiot toujours présent sur les lèvres. Passant sa main dans la tignasse ébène pour l’ébouriffer. C’était surement Klaus qui lui avait donné cette manie à l’époque, quand il n’arrêtait pas de lui ébouriffer ses tifs blancs.

Attrapant le cendrier posé sur la table, elle le rapprocha d’elle, tout comme le paquet de cigarette posé à côté. Sortant son briquet et portant l’objet de ses souhaits à ses lèvres, elle l’alluma tranquillement avant de tirer une longue taffe.

« J’espère que la communication passera mieux avec Klaus. Il a toujours était légèrement associable, il réagissait pareil avec moi à l’époque, mais c’est un gentil garçon enfaîte. Elle tira une nouvelle taffe. Il n’a jamais eu un grand cercle d’amis, et depuis qu’ils ont tous perdu la vie à la guerre, c’est difficile pour lui de se lier à quelqu’un. »

Maria pointa un cadre posé sur une sellette non loin d’elle.

« C’est une vielle « photo de famille » dont il n’a jamais voulu se séparer, et moi non plus. La germanique laissa échapper un petit rire. On était une bande de six vieux amis, on est les deux survivants. La guerre nous a tout arraché. »

Elle respira un bon coup, comme pour ravaler des larmes voulant faire surface. Délaissant finalement ce vieux cadre, elle afficha son sourire idiot pour la énième fois, reportant son attention sur la plus petite en tirant légèrement sur ces vêtements.

« Faut que j’aille voir si j’ai pas une ou deux fringues à moi qui pourrait t’aller. Ça va faire bien longtemps que j’ai plus la taille fine comme toi, je pense que je peux te trouver des trucs trop petits pour moi maintenant. Si tu veux aller prendre une douche, c’est à droite de ma chambre. Vu comment Bénédicte s’occupe de vous, je ne pense pas qu’elle fasse attention à votre hygiène, j’me trompe ? »

Elle se releva, écrasant son mégot dans le cendrier pour attraper le poignet de la jeune fille, la forçant à se lever pour la tirer derrière elle jusqu’à sa chambre. L’invitant à s’asseoir sur le lit, Maria ouvrit les armoires pour se mettre à fouiller dedans.

« Faut juste que je mette la main dessus, tu m’diras si elles te plaisent, bien que je pense pas qu’on ai les mêmes goûts. »


Code © Mana Oxford

_________________

« Dieu a tout créé. Dieu a créé le racisme. Mais Dieu a aussi créé l'antiracisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde.. » ▬ Maria parle en #FF6347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Final Doll Freak

Messages : 26
Date d'inscription : 07/08/2013
Localisation : Dark wood Circus. ~


feuille de personnage
Nom : Final Doll Freak.
Âge : 15 en apparence / 20 en réalité.
Métier : Aucun. (Membre du DWC. )

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Sam 31 Aoû - 16:57

New place, new way.


« J’espère que la communication passera mieux avec Klaus. Il a toujours été légèrement associable, il réagissait pareil avec moi à l’époque, mais c’est un gentil garçon enfaîte. Il n’a jamais eu un grand cercle d’amis, et depuis qu’ils ont tous perdu la vie à la guerre, c’est difficile pour lui de se lier à quelqu’un. »

Si m’insulter dès mon arrivée comme tous les autres était sa définition d’associable, je lui aurais très certainement répondu que tut le monde était associable dans ce bas monde.
Cependant, mon cœur fut presque touché par ses révélations suivantes.
J’avais presque oublié que tous les deux avaient fait la guerre. Et je ne savais pas non plus que leurs amis y étaient décédés. A vrai dire c’était plutôt triste, et cette histoire m’aurait  presque émue. Presque.
J’avais perdu des gens aussi. Pas par leur mort, mais disons… Comme la mienne. Et j’avais perdu tout le monde d’un coup. Surtout ma famille. Enfin, ma mère. C’était ma seule famille.
Mais, je me contentais de murmurer dans un souffle quasi inaudible.

« J’avais cru le remarquer oui… »

Quand Maria pointa le cadre, mes yeux suivirent son mouvement de main par reflexe.
J’y découvris six personnes. Parmi ces personnes, figuraient une dame a la tignasse blanche ; Assurément plus jeune que Maria, mais c’était Maria. Avec son sourire idiot aux lèvres, celui qu’elle avait eu quelques secondes auparavant. Et a coté d’elle je reconnus aussi Klaus. Il avait peu changé, ou alors c’était juste une impression.

« C’est une vielle « photo de famille » dont il n’a jamais voulu se séparer, et moi non plus. On était une bande de six vieux amis, on est les deux survivants. La guerre nous a tout arraché. »

La photo était très bien conservée. La couleur ne s’était pas échappée, elle avait à peine jaunie, le verre du cadre était propre. Ils tenaient assurément à ce cadre. Elle ne me racontait pas de bêtises. Je pensais à l’unique photo que j’avais avec ma mère, une photo ou elle avait cet air énervé de toujours, retenant mes mains d’enfant de toucher aux biscuits posés sur une table, le soir de noël. Je ne me souvenais pas de si elle hurlait, au moment de la photo, mais sa bouche ouverte laissaient sortir toutes les injures du monde. Sur la photo, je devais avoir au maximum 8 ans. Cette photo qui croupissait depuis dans ma roulotte, accrochée au mur a coté de mon oreiller. Une photo aux coins abîmés, aux couleurs ternes et jaunies par le bois humide de la caravane de cirque. Assurément pas les mêmes soins, mais la même valeur sentimentale.
Je vis Maria sembler se retenir de pleurer, contrairement à moi, qui relisais mes souvenirs dans un calme plat. Un calme habitué.
Puis elle afficha le même sourire que sur la photo qu’elle m’avait présentée. Puis comme pour changer de sujet, d’un air presque brusque, elle reprit :

« Faut que j’aille voir si j’ai pas une ou deux fringues à moi qui pourrait t’aller. Ça va faire bien longtemps que j’ai plus la taille fine comme toi, je pense que je peux te trouver des trucs trop petits pour moi maintenant. Si tu veux aller prendre une douche, c’est à droite de ma chambre. Vu comment Bénédicte s’occupe de vous, je ne pense pas qu’elle fasse attention à votre hygiène, j’me trompe ? »

Je manquais de me moquer d’elle et se ses formes. A coté d’elle je ressemblais à un cure-dent. Je devais tailler du 12 ans voire du 14 ans. Ridicule. Je laissais échapper un soupir.
Quand elle parla de douche, mon esprit s’illumina. Une douche, avec du savon, de la mousse et de la vapeur. Longtemps que j’en avais pas pris un vraie.

« Oh, elles nous bombardent de parfum pour pas qu’on empeste le négligé, devant les gens, mais bon. Moi, j’essaie d’aller a la rivière, tard, quand personne n’y vas. Mais une douche chaude avec de quoi me laver, c’est encore pire qu’un luxe, au Cirque.»


C’est vrai que la, je me mettais à rêver de sentir autre chose que l’eau gelée et polluée de la rivière couler sur ma peau.
Seulement, sans rêver plus longtemps, elle m’attrapa le poignet. Le serrant dans sa poigne assurée elle me tira pour m’entrainer quelque part, la main refermée sur la mienne.
Quand nous entrâmes dans une nouvelle pièce, je ne fus pas surprise de découvrir une chambre, qui était aussi simple que l’autre pièce que j’avais visitée. Un lit, des armoires, quelques commodes, tout ce qu’il y avait de plus banal comme chambre. Surement la chambre conjugale en question d’ailleurs. Je fixais un instant avec une certaine gêne le lit double dont les draps étaient bien tirés, avant que mon hôte ne m’oblige a m’assoir dessus avant de se mette à ouvrir les portes de son armoire. Dedans il y avait assurément beaucoup de vêtements.
Je compris que son idée de vêtement était sérieuse. Si elle espérait trouver un truc à ma taille elle allait vraiment devoir fouiller et trouver un truc très petit pour elle.

Elle se mit à fouiller dedans, sortant quelques fringues, dérangeant d’autres.

« Faut juste que je mette la main dessus, tu m’diras si elles te plaisent, bien que je pense pas qu’on ai les mêmes goûts. »

La main sur quoi ? Des fringues ?
Elle savait déjà quoi chercher.
Et moi, j’étais assise, et je la regardais faire.

« Tu sais déjà ce que tu cherche ? Tu sais que ca sera quasi-assurément trop grand pour moi ? »

J’avais dit ca d’un air que je ne voulais pas vraiment. Un peu méprisant. Certains sont complexés par leur poids parce qu’il leur parait trop élevé, moi c’était pour la raison inverse. Avoir la peau presque sur les os, c’était pas très esthétique non plus.
Je soupirais :

« M’enfin, si tu trouve un truc. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maria A. Ackermann

Messages : 76
Date d'inscription : 18/06/2013


feuille de personnage
Nom : Ackermann
Âge : 34 ans
Métier : Patronne d'un bar

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Mar 3 Sep - 16:59


Death Should Not Have Taken Thee !

Elle se retourna vers Freak, le fixant d’un air interloqué alors qu’elle se stoppa dans son action pour venir s’asseoir à côté d’elle.

« Tu n’en veux pas ? Moi ça me fait plaisir de chercher, même si ça doit me prendre un moment. Elle lâcha un soupir. Enfin c’est comme tu veux, je ne vais pas te forcer à essayer des trucs si tu n’en as pas envie. »

La blanche ferma son armoire d’un léger coup de pied, se couchant sur son lit en poussant un deuxième soupir, sans pour autant lâcher la fillette du regard. Un silence s’installa entre les deux femmes. L’allemande se contenta de tourner la tête vers le réveil posé sur le petit chevet avant de se redresser en lâchant une faible injure, se massant la nuque.

« Je vais préparer ton bain. Si tu veux on pourra aller se promener un peu après, sauf si tu veux faire plus amples connaissances avec Klaus. »

Maria laissa s’échapper un petit rire, ils allaient mettre un moment à s’entendre ces deux-là … s’ils arrivaient à s’entendre un jour. Reposant ses deux pieds au sol, la germanique s’étira légèrement en faisant signe à la jeune ébène de la suivre.

Trottinant jusqu’à la salle de bain, la Gamma alluma l’eau et attraper deux ou trois serviettes pour les poser sur le coffre à linge.

« Si tu as besoin de quoique ce soit, n’hésite surtout pas à me demander, je serais juste à côté entrain de voir ce qu’il y a dans le frigo. Si j’entends pas insiste, je commence à devenir sourde à mon âge. »

Nouveau rire, ébouriffant les tifs noires de la plus jeune, elle la laissa de nouveau seule, s’éclipsant dans la cuisine.



Code © Mana Oxford

_________________

« Dieu a tout créé. Dieu a créé le racisme. Mais Dieu a aussi créé l'antiracisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde.. » ▬ Maria parle en #FF6347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Final Doll Freak

Messages : 26
Date d'inscription : 07/08/2013
Localisation : Dark wood Circus. ~


feuille de personnage
Nom : Final Doll Freak.
Âge : 15 en apparence / 20 en réalité.
Métier : Aucun. (Membre du DWC. )

MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   Jeu 12 Sep - 19:04

New place, new way.


Maria donna un coup de pied à sa porte d’armoire, comme si ce meuble n’avait pas de valeur.  A sa place, j’aurais surement refermé la porte avec douceur, priant pour ne rien casser. Peut être était-ce l’habitude de ne rien avoir a soi même. L’habitude, de ne pas posséder, de rêver. Car même petite, même chez moi, tout restait hors de ma propriété. C’était ma mère, pas a moi. C’était aux autres, a ceux qui me permettaient de toucher.

Un silence pesa. Et pour la première fois, je le trouvais gênant. Pour le première fois, le silence me paraissait mauvais, autre chose qu’un échappatoire, ou juste différent d’une habitude prise trop rapidement. Au lieu de me taire pour éviter les ennuis, je me taisais par timidité. La timidité. Ca aussi ça faisait longtemps que je ne l’avais pas ressentie. Maria, faisait revivre en moi les sentiments humains qu’avec le cirque je commençais à oublier. Je la regardais du coin de l’œil, n’osant pas bouger.

Elle se releva d’un geste vif. Je restais à la regarder sagement. Sans bruit.

« Je vais préparer ton bain. Si tu veux on pourra aller se promener un peu après, sauf si tu veux faire plus amples connaissances avec Klaus. »

Un bain. De l’eau et du savon. Ce dont j’avais envie. L’idée me plaisait. Et je hochais la tête pour manifester mon intérêt.
Mais l’idée de rester avec son mari dans la soirée, m’ennuyais vraiment. Du coup sa proposition de sortie était la bienvenue.
Sans sa proposition, je serais surement sortie dehors. Pour aller marcher dans les longues allées de la ville, seule, la nuit.  Laisser les lampadaires éclairer ma peau blanche, déambuler seule après le couvre feu. Je ne risquais plus rien, Merry-Go-Round m’avais déjà tout arraché.
Juste marcher.
Bercée par les bruits nocturnes. Et leur répondre de mon silence.
Un silence solitaire, et malheureux de compagnie malfaisante.
Je décidais de suivre Maria en répondant.

« Va pour la promenade. »

Elle trottina comme une enfant joyeuse, jusqu’a la salle de bain.  Je l’y suivis, et marcher sur le carrelage me surprit. Sa blancheur, similaire a celle de ma peau, mais sa douceur cachant sa dureté. J’étais faite une matière cousine à celle sur laquelle je marchais.
Me regardant un instant dans ce reflet flou ou mes cheveux étaient le plus visible, Maria repris la parole.

« Si tu as besoin de quoique ce soit, n’hésite surtout pas à me demander, je serais juste à côté entrain de voir ce qu’il y a dans le frigo. Si j’entends pas insiste, je commence à devenir sourde à mon âge. »

Je hochais de nouveau la tête, mon reflet bougeant, dans ce carrelage, qui décidément me fascinait. Puis je la vis quitter la salle de bain.
Je fermais la porte sans la verrouiller pour autant.  J’étais seule dans ce blanc.
Je regardais le reflet net que je voyais dans le miroir. J’avais changé. Maigri. Grandi peut être.
Lachant un soupir face au miroir, je retirais de nouveau mon cache œil, et contemplait l’œil sans vie qui était en moi.
Maria s’était éloignée, j’étais seule, a regarder quelque chose que je ne considérait pas en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Death Should Not Have Taken Thee ! | Feat Final Doll Freak -SUITE-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» [Validée]Death The Kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Woods Circus :: inRP :: Centre Ville :: Bar-